Analyses en séries

Blog de reviews sur les diverses séries que je suis. Alliant humour et analyses, chaque épisode est décortiqué à l'aide de mon oeil implacable.

jeudi 26 février 2009

Lost: Les disparus - Episode 5.07

. / The life and death of Jeremy Bentham
Saison 5, Episode 7
Diffusion us : ABC - 25 février 2009
Diffusions françaises : TF1 vision (vost) - 26 février 2009
lost lost lost
lost lost lost

Résumé :
Qu'a fait Locke après avoir tourné la roue ?

Mon avis :
Locke s'est donc suicidé, pendu. On le savait déjà grâce à Jack. Du coup, cela fait perdre pas mal d'intérêt à quelques scènes puisqu'on en connait l'issue. Je pense notament à la fusillade au cimetierre suivi de l'accident de voiture. Mais bon, ce n'est pas trop grave.

Tout l'épisode repose donc sur Locke et sa destinée. Le voilà en plein milieu d'une guerre ouverte entre Charles Widmore et Benjamin Linus. Chacun s'intéresse aux Oceanic Six pour une raison. Chacun prétend agir pour le bien. Mais qui a raison ? Il est très difficile de prendre parti pour l'un ou pour l'autre. Charles a quand même envoyé des psychopates armés sur l'île. Et de son coté, Ben a fait beaucoup de choses discutables mais toujours dans un but "noble". La fin justifie les moyens en quelque sorte pour notre ami qui a appris à lire grâce à sa mère. Il est clair pour beaucoup à l'issue de l'épisode que Ben est le grand méchant. Mais je n'arrive pas à être aussi certain de cela. Lost aime jouer avec nos impressions et je crois qu'au final, ni Ben, ni Charles sont des méchants, juste des égoïstes qui manipulent la bande à Jack et Locke pour arriver à leur fin qui est la même : diriger l'île. Charles, parce qu'il regrette ses 30 ans à la tête de "Les Autres" (qui ne sont pas des "others" pour lui :) et Ben, parce qu'il voit sa place de roi de l'île contestée à l'heure actuelle.
Et Stan ne peut pas me contredire vu que je le lui ai bien mis profond : Et oui, c'est bien le désert tunisien la sortie de l'île. J'avais raison, tu avais tort. Comme toujours.

Locke est donc parti à la recherche des Oceanic Six. Sayid qui contruit des maisons pour les démunis en République Dominicaine (non, ce n'est pas l'île de la finaliste de la nouvelle star), l'envoit chier. Ce qui nous amène à se demander pourquoi et comment est il redevenu un super commercial rappelant à quel point les couteaux ne doivent pas être placés pointe en haut dans le lave vaisselle. Ca sent le Sayid Centric pour dans pas longtemps.
Puis, détour par New York pour aller voir Walt qui a bien grandi et ne ressemble plus à Walt. Locke lui ment sur le sort de Michael son papounet qui a explosé sur le bateau d'où a survécu Jin. Oui, je suis sûr qu'il a menti et pas qu'il croit que peut-être il a survécu. Parce que sinon, on le reverra et je ne veux pas revoir "they took my son". Walt lui révèle qu'il a vu en rêve Locke en costume sur la plage entouré de gens qui veulent le blesser.
Puis direction Hurley à l'asile qui le prend pour un fantôme. Rien de bien transcendant. Et on sait déjà comment il s'échappe de l'asile. Mais on aura le centric sur Hurley pour nous expliquer comment il sortira de prison.
Un petit tour chez Kate pour une psychanalise. C'est très surprenant de voir Kate se prendre pour un psy. "Mais pourquoi n'as tu jamais aimé John ?" "Rêvais tu de coucher avec ta mère ?" "Comment gères tu la parabole de ton impuissance sexuelle symbolisée par ton fauteuil roulant ?". Bon, pour elle, pas de centric à venir vu qu'on sait qu'une tasse de café et du jus d'orange suffisent à la convaincre (certes, c'est après sa décision mais ça fait plus classe comme ça, ça rappelle à quelle point elle fait mal à la cause féminine avec son personnage qui change d'avis sans raison et sans logique). On aura par contre un épisode pour nous expliquer qu'elle a refilé Aaron à sa véritable grand-mère.
Et enfin, un tour chez Jack pour se faire soigner et en faire un croyant grâce à la déduction de dingue qu'il est le fils de Christian vu qu'il est le seul caucasien des Oceanic Six. Une évocation de papa puis la culpabilité d'avoir poussé Locke au suicide feront de Jack un croyant, prêt à retourner sur l'île.

Et enfin, il y a Ben le machiavélique. Et on enchaine une seconde scène excellente après celle avec Jack. Oui, oui, je le dis. Pour une fois, Jack était excellent et Matthew Fox l'a bien joué. C'est suffisament rare pour être souligné. Donc, seconde scène excellente avec Ben ce coup-ci. Le seul truc qui me gêne, c'est l'aspect religieux un poil trop forcé. Quand Ben s'agenouille devant Locke sans raison et que celui-ci a les bras légèrement écartés, c'est over the top. Mais sinon, l'ensemble de la scène est génial et pour la première fois de la saison, Michael Emerson n'en fait pas 15 tonnes et ne caricature pas son personnage. Et puis, on ressort avec pas mal de questions, notamment de savoir comment Ben connait Eloïse et pourquoi l'évocation de la survie de Jin l'a perturbé comme ça. Les règles auraient elles changé ? Ben lutterait il contre la volonté de l'île d'avoir un nouveau leader ? C'est très intéressant.

Et puis il  ya l'île. Cesar (Sizeure en accent vo :) est le leader des survirants du vol Ajira. Comment s'est il installé à ce poste ? Qui est il ? Pourquoi la marshall le laisse faire ? Et les mystères se multiplient : comment Frank a posé l'avion sans le détruire ? Pourquoi est il parti avec une mystérieuse femme à bord d'un canoé avec la liste des passagers ? La femme est elle Sun ? Est elle bien à cette époque ? D'où viennent les canoés ? Pourquoi l'île a bien séparé les 3 partis dans le passé du reste de l'avion ? Les survirant d'Ajira sont ceux ayant tirés sur Sawyer et compagnie pendant la tempête ? Pourquoi ? Et comment Locke va t'il être mis en danger par ces survivants ?

Bref, un excellent épisode qui nous en apprend pas mal et offre l'occasion à Terry O'Quinn de livrer une excellente prestation. Sa descente aux enfers à Los Angeles est particulièrement bien menée et Terry joue cela parfaitement. Il pourrait paraitre pitoyable lorsqu'il pleure mais non, on s'en fait pour lui, on l'accompagne dans sa douleur. C'est très bien joué. Un excellent épisode quoi.