Analyses en séries

Blog de reviews sur les diverses séries que je suis. Alliant humour et analyses, chaque épisode est décortiqué à l'aide de mon oeil implacable.

vendredi 14 novembre 2008

Prison Break - Episode 4.10

. / The legend
Saison 4, Episode 10
Diffusion us : FOX - 10 novembre 2008
Diffusion française : M6
Prison Prison Prison
Prison Prison Prison

Résumé :
L'équipe s'approche de Scylla, à un mur près.

Mon avis :

C'est bien Prison Break. Si si. Perso, ça me fait mourir de rire. Du grand n'importe quoi. Les scénaristes se lachent totalement et écrivent ce qui leur passe par la tête sans réfléchir à une quelconque logique ou continuité. Du coup, ça rend le truc énorme. Ca en devient même fascinant. Mais jusqu'où vont ils bien pouvoir aller comme ça ? (ça fait 4 saisons que 24 tient avec la même technique, y compris les morts réssucités parce qu'on avait pas bien regardé).

Alors là, on a donc Bellick qui est mort. Et tout le monde le pleure. Oui, ils pleurent tous super émus de la disparition du mec qui leur en a fait voir de toutes les couleurs il y a "quelques mois" (si on suit la chronologie de la série). Y compris T-Bag qui se lance dans un putain de speech à sa gloire. Oui, oui. C'est énOOOOrme.
On a aussi le fait que primo, ils ont retrouvé le cadavre. Déjà ça, c'est un bel exploit. Mais le deuxio arrive et est encore plus fort : il est intact. Après s'être mangé des milliers de tonnes d'eau sous pression et avoir été trimabllé dans les conduits de Los Angeles. Bien sûr. Tout à fait.
Et puis je ne peux m'empécher d'attendre le retour de Bellick dans quelques épisodes avec l'excuse : "Bah, avec toutes les larmes qu'on avait, on n'a pas bien vu si c'était lui ou pas dans la boite". LOL. Oui, oui. Je me demande si ils oseront faire ça après nous l'avoir bien montré en gros plan avec zoom à l'appui pendant 30 bonnes secondes. J'attends que ça en fait. Je croise les doigts pour qu'ils aient les couilles de le faire.

L'autre truc qui m'a bien fait rire, c'est Michael Scofield. Bon, on passera sur le ridicule du couple Michael/Sara où à plusieurs reprises, j'ai cru que Sarah Wayne Callies et Wentworth Miller allaient rire. Ce que je retiens surtout c'est ... Attention ... Michael doit être opéré. C'est supra urgent de maintenant là tout de suite. Enfin demain. Parce qu'après demain, il sera mort. Mais oui ... On y croit. Alors certes, c'est peut-être médicalement possible un tel cas. Mais l'ensemble est tellement mal amené et tellement peu crédible ... Surtout qu'il ne parait pas plus que ça à l'agonie le Michael. Non, il doit être opéré demain. Et Scylla sera déplacé demain. Ca tombe mal. J'espère qu'au prochain épisode, il va demander à Gretchen de convaincre le général de repousser à après demain le déplacement, histoire qu'il se fasse opérer avant de sauver le monde.

En parlant de Gretchen, on est aussi dans le pas mal n'importe quoi. On passera sur le fait qu'on s'en fout totalement de savoir si elle est pour Michael ou pour le général. Là, où ça devient drôle, c'est avec Sucre et Lincoln et les mines anti personnelles. Sérieux. Ils ont mis un champ de mines autour du mur protégeant le coffre fort fort dans lequel se trouve Scylla. Un champ de mine que si l'une pète, elle pète toutes détruisant Scylla. Le truc super précieux, encore plus précieux que le précieux de Gollum. Ils ont fait un système le détruisant pour le protéger. Un système qui se désactive grâce à un gros bouton sur le mur dans un panneau bien visible. Que Lincoln et Gretchen n'ont pas vu.
Je ne demande pas que tout soit crédible mais qu'au moins, ça ne soit pas si ridicule que ça.

Seul Mahone sauve à peu près l'ensemble en allant voir l'architecte du système de protection de Scylla. Entre son speech "vive les villes écologiques auto indépendantes" et sa loyauté envers le Cartel (même si ce n'était qu'un boulot), Mahone n'en tire rien. Heureusement, sa femme est plus gentille et sauve Mahone en lui filant une liste d'abréviations qui permet à Michael de trouver la grosse boite bien visible avec le gros bouton dedans. Et de préparer le vol de Scylla. Qui est en fait une grosse Playstation 2 posée à la verticale. Du moins, ça y ressemble fortement à la première PS2. Pas la seconde PS2 dite slim toute plate et légère. Non, le gros pavé sorti à l'origine. Et je dis bien 2 et non 3. Elle est tellement chère que la production ne devait pas avoir le budget pour en acheter une pour faire croire que c'est Scylla.

Voilà, il ne reste plus qu'à trouver un moyen de ne pas faire de bruit en cassant le mur puis en traversant la pièce (je sens bien le compteur avec la barre qui ne doit pas aller dans le rouge), récupérer Scylla, sortir de là, opérer Michael et revoir Bellick. Facile.

Bref, un épisode qui enchaine le grand n'importe quoi pas crédible un instant. Mais bizarrement, ça m'a super plu. Ca me fascine tellement c'est improbable.

Posté par Speedu à 21:33 - PrisonBreak - Permalien [#]
Tags : , , , , ,