Analyses en séries

Blog de reviews sur les diverses séries que je suis. Alliant humour et analyses, chaque épisode est décortiqué à l'aide de mon oeil implacable.

vendredi 10 avril 2009

Harper's Island - Episode 1.01 - Series premiere

. / Whap
Saison 1, Episode 1 sur 13
Diffusion us : CBS - 9 avril 2009
harpers harpers harpers
harpers harpers harpers
harpers harpers harpers

Résumé :
Un mariage sur une île où a eu lieu des meurtres et ils vont tous y passer un par un tout au long de la saison.

Mon avis :
CBS innove un peu. La chaine des policiers (FBI portés disparus, NCIS, les 3 experts, Cold Case, ...) reste dans les meurtriers mais sans les policiers. On a tout simplement un slasher movie décliné en série tv.

Et c'est bien là le problème. Là où un slasher est résolu en une heure trente, la série va mettre 8 heures. Du coup, on a une très grosse quantité de personnages. On passe de l'un à l'autre et c'est quasiment impossible de retenir un prénom à part la gosse dérangée que la mère passe son temps à appeler (Madison) et Chloé vu qu'elle a un carton à son nom. Aucun personnage n'est vraiment creusé dans ce pilote qui les fait défiler. Et pour résoudre le problème, la série enchaine les clichés de chez clichés: les filles sont cruches et chaudasses, l'héroïne est perturbée par son passé, les vieux sont riches et louches, on a un ex militaire, une gothique, un connard, un délinquant, ... Aucun personnage ne sort des sentiers bien établis des stéréotypes de ce genre de production.

L'autre gros défaut découlant du premier, c'est que l'action ne rentre pas dans le vif du sujet du tout. A faire défiler les différents personnages, l'épisode ne peut pas établir l'histoire. On sait juste que la mariée a vu sa mère tuée il y a 7 ans par un serial killer. Et apparament, il est de retour et a déjà tué un mec sous le bateau et Harry Hamlin. Salaud ! L'acteur le plus cool du moment y passe dès le pilote. Oui, Harry Hamlin, monsieur Lisa Rina (celle qui se balade dans Los Angeles avec une pancarte "Klaxonnez si vous me voulez dans Melrose Place 2.). Moi j'aime bien cet acteur over the top.

Le casting es td'ailleurs l'énorme point fort de cette série. Que des winners. Chritopher Gorham, Richard Burgi, Harry Hamlin, Jim Beaver, Katie Cassidy, Cameron Richardson, un power ranger, le seul acteur gros qui n'est pas Hurley, Victor Webster, ... Ca fait rêver. Des spécialistes de rôles nazes dans des séries vite annulées. Je les aime tous. Et je ne plaisante pas. Ca va me faire mal de les voir claquer les uns après les autres.

Il faut vraiment attendre la seconde partie de ce court pilote (39 minutes à peine et ils ne sont même pas fichus de faire un vrai générique) pour que la série prenne son envol dans le ridicule fun. Malheureusement, 1,2 million de téléspectateurs américains avaient fui. Les 20/25 dernières minutes enchainent les scènes les plus improbables. Un face à face Webster / Burgi qui s'enchainent avec un face à face Burgi / Hamlin. De l'actor studio comme on n'en fait plus. Le top ? Hamlin qui fait style "je fume le cigare" alors qu'il est éteint :)
Pendant ce temps, l'héroïne fait sa chaudasse à secouer les queues au bar. Elle démontre ses talents au billard en exposant ses gros seins dans son décoleté. Tout ça juste après être sortie de la douche en soutif.
Le bar ... Un grand moment avec le frère du marié délinquant qui provoque un probable ex militaire (tatouage à l'avant bras et tee shirt kaki, si il est pas militaire, je me les coupe), ex militaire qui sort avec une gothique évidamment. C'était le seul cliché de perso de slasher qu'on avait pas encore eu. Et évidamment, les deux se fightent et l'héroïne vient fracasse le militaire avec la queue de billard. Mais comme c'est une pauvre femme, le militaire s'e nrend même pas compte. Et là, débarque le shériff qui est ... le père de l'héroïne. Quand je vous disais qu'on enchainait les clichés de la muerte.

Pendant ce temps, Choé jouée par Cameron Richardson (la modèle chaudasse d'un épisode de Dr House, une de la série Point Pleasant où exerçait également Richard Burgi, une daube fun vite annulée) enchaine les défilés en petie tenue avec l'obligatoire plongée dans la mer en pleine nuit avec son amoureux dont on voit venir dès la plage qu'il va paumer sa bague de demande en mariage dans la mer. Le top ? Quand elle l'engueule parce qu'il lui plonge la tête sous l'eau, chose qu'elle venait de lui faire.

Et comem cela n'était pas suffisant, la série enchaine les situations clichés comme le nom mystérieux du téléphone qu ise révèle être Victor Webster, l'amant de la mariée qu'elle aime toujours en fait. Le tout souligné par la musique dramatique de circonstance et des dialogues cultes :
- I'm getting married. / Je me marie.
- Are you sure ? / Tu en es sûre ?

Pour finir, on notera les scènes ridiculement drôles comme les musiciens lors du départ du port ou encore l'héroïne qui tombe pile sur l'arbre où sa mère a été retrouvé pendue (avec son superbe "mom ?") ou encore l'article de journal collé au miroir.

Bref,
une série improbable. C'est franchement mauvais mais c'est tellement mauvais que ça en devient trop bon. Un vrai guilty pleasure comme on n'en fait plus. C'est vraiment à regarder au 72eme degré entre potes (avec concours de picole en option). C'est à mourir de rire en fait et si on part dans ce trip, ça en devient une excellente série.

Posté par Speedu à 20:52 - Harper's Island - Permalien [#]