Analyses en séries

Blog de reviews sur les diverses séries que je suis. Alliant humour et analyses, chaque épisode est décortiqué à l'aide de mon oeil implacable.

mardi 6 janvier 2009

Doctor Who - Episode 4.02

La chute de Pompéi / The fires of Pompei
Saison 4, Episode 2 sur 13
Diffusion anglaise : BBC 1 - 12 avril 2008
Diffusion française : France 4 - 30 décembre 2008
s4_02_wal_09 s4_02_wal_11 s4_02_wal_30

Résumé :
Le docteur et Donna se retrouvent à Pompéi la veille du jour de l'éruption du Vesuve et le docteur va être confronter à un choix impossible.

Mon avis :
"We're in Pompei and it's volcano day !" Une introduction de folie en vo (bien plus que la vf "nous sommes à Pompei et c'est le jour de l'éruption !" que le scénariste a du réécrire une vingtaine de fois. James Morran a donc eu du pain sur la planche et il signe là un bel épisode, tout comme il l'avait fait précédamment sur Torchwood (Episode 2.02 : Alien mortel / Sleeper). Le concept est assez simple: le Tardis n'envoit pas le docteur là où il le souhaitait (Rome pour être exact) et là, il doit faire un choix : sauver Pompei mais détrurie le monde ou bien détruire Pompéi mais sauver le monde. Car si il ne provoque pas l'éruption du volcan, les Pyroviles prendront le contrôle de la Terre en transformant les humains. Le seul moyen est de détruire les Pyroviles et Pompéi en même temps. Cruel dilemme qui arrive malheureusement un peu trop tard et m'a semblé un peu expédié. J'aurais bien aimé plus de temps sur ce dilemme comme sur le premier de l'épisode : partir avant la catastrophe ou prévenir les gens ? Heureusement, entre temps, on a de bonnes répliques et une situation assez intéressante avec les voyantes. La scènes de fight de voyance entre Evelina et l'oracle masculin autour du docteur est excellent et livre en prime des infos sur la suite. Cette saison nous fait du teasing dans chaque épisode puisqu'elle va revenir (on sait que c'est Rose mais pas le docteur) mais aussi que Donna a quelque chose derrière elle. Hein ? Quoi ? Mystère. D'ailleurs, le teasing continue aussi avec les méchants puisque leur planète a disparu, ce qui explique leur présence sur Terre. Et souvenons nous de l'épisode précdent où la planète de reproduction de la super nanny avait aussi disparu. 2 planètes disparues dans deux épisodes de suite, c'est louche.

Donc, comme je l'ai dis plus haut, tout l'intérêt de l'épisode réside dans les dilemmes posés et c'est Donna qui y gagne beaucoup à ce petit jeu. Elle en ressort grandi de cet épisode. Elle apporte les touches d'humour et sa curiosité (même si c'est le docteur qui amène le pistolet à eau. Mais quand le recharge t'il ?).
Tout le passage sur la traduction est excellent (le Tardis qui traduit l'anglais en latin et le latin des anglais en celte). Elle se positionne en "apprentie" du docteur presque et non en amoureuse béate comme Rose et Martha. D'ailleurs, on continue la recurring joke de la saison sur le fait qu'ils soient en couple.
Mais elle nous permet également d'en apprendre plus sur le docteur. Notamment sur le fait qu'il voit à chaque instant ce qui a été, ce qui est et ce qui pourrait être. Imaginez vous de voir à chaque situation toutes les possibilités ? Un truc de dingue. Comment ne pas désespérer face à cela ? Et comment supporter de ne pas pouvoir agir parce qu'une catastrophe doit arriver sinon cela sera pire encore ? J'adore quand les épisodes font ressortir en douce un de ses aspects beaucoup plus sérieux et dramatiques du docteur. Il doit donc assister à la mort de Pompéi et ses 20 000 habitants parce que sinon, c'est la Terre qui sera condamnée. Avant d'apprendre qu'il est la cause de ces 20 000 morts et qu'il ne peut rien y faire. Il a la mort de 20 000 personnes sur la conscience. Enfin, 20 000 personnes qui s'ajoutent à la longue liste de morts par sa faute. Et il ne fait pas que tuer 20 000 personnes, il met également fin à la civilisation de Pyroviles. Comment supporte t'il tout ça ? Comment fait il pour n'être pas devenu un être cynique ou sans la moindre compassion ? Donna nous donne la réponse : grâce aux compagnes. Sans elles, le docteur aurait perdu toute son humanité depuis bien longtemps. Et elle le démontre en le forçant à sauver la famille de Evelina.

Petit détail : Pour ceux qui trouvent les décors un peu cheap, l'épisode a été tourné dans des studios à Rome en Italie. C'est la première fois que la nouvelle série est tournée hors de Grande Bretagne (la fois précédente, c'était pour le téléfilm de 96 tourné à Vancouver)

Bref, un épisode pas hyper parfait dans sa construction mais qui s'avère excellent dans l'analyse du docteur et sa face cachée et qui donne à Donna une extraordinaire dimension (la scène où elle est au milieu des villageois en leur implorant de ne pas aller vers la mer est splendide).

Bonus :
Les 9 premières minutes de l'épisode en vo :

Le choix du docteur en vo :