Analyses en séries

Blog de reviews sur les diverses séries que je suis. Alliant humour et analyses, chaque épisode est décortiqué à l'aide de mon oeil implacable.

mercredi 19 novembre 2008

Heroes - Episode 3.09

Ca approche / It's coming
Saison 3, Episode 9
Diffusion us : NBC - 17 novembre 2008
Diffusion française : TF1 vision (vost) - 18 novembre 2008
023 127 220
313 393 522

Résumé :
Hiro a 10 ans, Sylar est électrocuté et Matt poignardé dans le bide.

Mon avis :
On va démarrer par Hiro. Arthur Cretinelli ne le tue pas. Pourquoi ? Parce qu'i lest con. Il se contente de tout lui faire oublier jusqu'à ses 10 ans. On a donc un Hiro de 10 ans dans le corps d'un Hiro de 28 ans. Je ne vous demande même d'imaginer ce que ça peut donner. Pour vous faire une idée quand même : c'est bataille de boulettes de papier à la paille et ketchup sur le cul. C'est lourd franchement. Et ça sent la grosse intrigue bouche trou parce qu'on ne sait pas quoi en faire. Style la passionante histoire avec la stripteaseuse et le vol de la malette d'argent e nsaison 1.
Mais le pire est qu'il trouve le comic 9th wonder qui décrit les évènement du moment pour prouver à Hiro qu'il est un héros. Le truc déssiné par isaac Mendez. Le peintre qui voit le futur mort en saison 1 et où on nous avait bien dit qu'il n'avait rien peint d'autre. Et puis même, c'est pas crédible un dessinateur de comics avec autant d'avance. A part si il s'appelle Mark Bagley. Mais ce n'est pas le cas. Oui, je fais la super référence geek fan de comics mais j'assume.

Remarquez, une telle bourde va bien avec celles de l'épisode précédent. C'est Tim Kring au scénario de l'épisode, il ne faut pas s'étonner de grand chose. Dans le genre stupide, on a aussi Claire. Là, il se tue lui-même son pitch avec lequel il a vendu la série. "Save the cheerleader, save the world". Tout le monde s'en rappelle. Et bien en fait, en la gardant vivante, on condamne le monde. Et oui, cette conne est le catalyseur qui permettra à la formule de ne pas transformer les humains en monstres. Et si tout le monde a des pouvoirs, cela détruit le monde. Donc, on obtient "save the cheerleader, destroy the world". Bien Tim.
Sinon, à part ça, Claire se montre la digne représentante des blondes avec son super plan pour retenir son oncle et son pote : elle saute par la fenêtre. Avant d'attendre sagement qu'ils l'attrapent pour qu'elle puisse beugler comme une vache espagnole. Rien à dire, c'est une héroïne blonde. Buffy se retournerait dans sa tombe si elle était morte (enfin définitivement).
Pendant ce temps, Sylar drague Elle dans une séance SM. Elle l'électrocute, il aime ça, il récupère son pouvoir et calme le sien par magie et elle se love contre son torse tout musclé. C'est beau l'amour violent. Mais faudra quand même vraiment m'expliquer comment il récupère son pouvoir et calme le sien juste en la regardant.

Et il reste Matt qui s'en sort le mieux avec son intrigue dans la tête d'Angela Cretinelli. Et Tim plaçant sa super leçon de vie : les femmes, toutes des salopes. Je sens le mec qui vient de se faire plaquer par sa copine partie avec un vrai créateur/scénariste juste avant qu'il écrive la scène. Ce qui est dommage, c'est qu'encore une fois, on ne comprend pas comment Arthur arrive dans la cervelle de sa femme. Est ce le vrai Arthur ou une projection de protection placée là ? J'en doute de cette hypothèse vu qu'il sort que Daphné est venue tout lui raconter. Mais à part ça, c'est cool comme passage, bien soutenu par la réalisation. Dans l'ensemble, les trips mentaux de Matt sont toujours réussis.
Et puis, cela permet de mettre enfin face à face les deux équipes. Du moins pour l'instant. Je ne doute pas que tout va changer. Parce que Nathan veut culbuter Strauss tout comme son père, parce que Sylar change plus souvent d'avis que de chemise et parce que Claire doit devenir brune en cuir, c'est à dire méchante. Sans compter l'inconnu de l'idiot du village tokyoïte.

Bref, un épisode de Tim Kring. Donc le niveau est mauvais. Il expose bin les limites de la série et des personnages avec le recours à plusieurs reprises au Deus Ex Machina (un élément arrive par surprise et résout un problème bloqué jusque là. Cet élément va à l'encontre de la logique du récit. Il montre généralement le manque de maitrise de l'auteur dans l'écriture de son récit. Ici, Sylar découvre comme ça qu'il peut récupérer les pouvoirs sans tuer ou encore Arthur qui décide de libérer Angela, deux gestes sans raisons et sans éléments préalables permettant de les justifier mais ils permettent de débloquer les situations artificiellement)