Analyses en séries

Blog de reviews sur les diverses séries que je suis. Alliant humour et analyses, chaque épisode est décortiqué à l'aide de mon oeil implacable.

jeudi 28 août 2008

Torchwood - Episode 1.12

Capitaine Jack Harkness / Captain Jack Harkness
Saison 1, Episode 12 sur 13
Diffusion anglaise : BBC 3 - 1er janvier 2008
Diffusions françaises : NRJ12 - 9 novembre 2007, Jimmy - 24 mai 2008
TORCHWOODx112x252 TORCHWOODx112x1199 TORCHWOODx112x1305

Résumé :
Jack et Toshiko sont coincés à la veille du Blitz et rencontrent le véritable Jack Harkness.

Mon avis :
Oh, encore un bon épisode. Certes, tout n'est pas parfait puisque Owen a un rôle mais dans l'ensemble, l'épisode s'en tire bien.

Jack et Toshiko font un détour par un dancing hall abandonné parce qu'il y a des plaintes : des gens s'amuseraient à jouer de la musique des années 40 ! Et zou, les voilà tous les deux en 1941 à la veille du blitz. Comment ils sont arrivés là ? Mystère mais on passe ce détail parce qu'arrive le plus intéressant : Jack Harkness fait la connaissance de Jack Harkness, le vrai, à la surprise de Toshiko qui comprend alors qu'il est déjà venu dans cette époque et qu'il a usurpé son identité. On en saura malheureusement pas beaucoup plus sur Jack, notre Jack, si ce n'est qu'il a du assisté à la torture de son meilleur ami quand il était soldat par les pires monstres qui soient. (on se donne rendez vous à l'épisode 2.05 pour en savoir plus). L'épisode préfère se concentrer sur la romance naissante entre les deux Jack tandis que Toshiko essaye d'envoyer dans notre temps la fin de l'équation pour ouvrir la faille et ainsi les faire revenir dans le présent.

Du coté de Tosh, c'est finalement assez basique. Il faut trouver un moyen de faire parvenir la fin de l'équation avec les coordonnées et elle pense à l'appareil photo. Mais elle cadre mal alors elle écrit avec son sang ce qui manque sur une feuille qu'elle laisse dans un pot de peinture vide ... qui ne bouge pas en 65 ans et que Gwen trouve en plus ! Alala, c'est moche de sombrer dans la facilité comme ça. A coté de ça, elle ne remarque pas que le navigateur de l'époque la drague et la méfiance envers une jap' n'est pas vraiment explorée à part à travers une petite scène. Dommage. J'aimerais vraiment que Toshiko prenne un peu d'ampleur parce que du peu qu'on voit d'elle en cette première saison, elle s'en sort bien.

De son coté, Jack et Jack se rapprochent en partageant leur expérience de capitaine et notre Jack comprend assez vite que l'autre Jack est gay et craque pour notre Jack. Zou, il emballe le vrai Jack avant de partir. J'ai vraiment adoré cette histoire. John Barrowman est excellent et l'écriture est vraiment subtile et bien menée. On y croit à leur relation naissante et on regrette qu'elle n'aille pas plus loin. On oublie même que notre Jack l'a grosso modo condamné à se faire battre et rejeter par ces hommes en l'embrassant comme ça en public. J'ai du mal à croire qu'ils aient accepté de prendre les airs sous son commandement le lendemain. Quoique j'en viens à me demander si un de ces hommes ne l'a pas abattu car comme l'explique Jack, il a abattu les allemands avant de mystérieusement être abattu. Je sais, j'extrapole à mort sans même un véritable indice mais bon, ça serait logique.

Dans le présent, Gwen tourne en rond pendant tout l'épisode autour du dancing hall en se faisant draguer par le creepy propriétaire Billis Manger avant qu'elle comprenne qu'il vient lui aussi du passé et peut voyager dans le temps. Grâce à lui et un bout d'horloge, Owen peut alors ouvrir la faille pour faire revenir Diana et accessoirement Jack et Toshiko si ils trouvent leur chemin dans le temps.

Et là, on touche le problème de l'épisode et de la saison dans son ensemble : Owen. Il est à claquer dans cet épisode. Je n'ai pas compris pourquoi il était tombé raide dingue de Diana mais admettons. L'amour, c'est pas compréhensible. Mais pourquoi il agit comme un gamin pourri gaté à longueur de temps ? Au moins, ça permet à Ianto de prendre un peu plus d'ampleur en tentant d'empécher Owen de faire sa 12 millionième connerie depuis qu'il est à Torchwood. Il va même jusqu'à lui tirer dessus comme avertissement. Yeah Ianto !!!! Dommage que cela soit au terme d'une longue scène stéréotypée à mort et prévisible de bout en bout. Mais voir l'autre abruti se faire taper ou tirer dessus est toujours un plaisir. En fait, certains scénaristes comme pour cet épisode, ont compris l'intérêt de Owen : le rendre le plus insupportable qu'il est possible pour qu'ensuite les autres se défoulent sur lui à notre grande joie.

Bref, un épisode très réussi de Torchwood qui lance la fin de saison. La BBC a programmé d'ailleurs cet épisode et le dernier comme un seul d'une heure trente lors de la première diffusion. Tout est bon dans le passé avec une belle écriture des sentiments humains. Le présent est moins gaté en raison d'Owen ... comme d'habitude.