Analyses en séries

Blog de reviews sur les diverses séries que je suis. Alliant humour et analyses, chaque épisode est décortiqué à l'aide de mon oeil implacable.

vendredi 22 août 2008

Torchwood - Episode 1.10

Hors du temps / Out of time
Saison 1, Episode 10 sur 13
Diffusion anglaise : BBC 3 - 17 décembre 2006
Diffusions françaises : NRJ 12 - 28 novembre 2007, Jimmy - 17 mai 2008
TORCHWOODx110x043 TORCHWOODx110x061 TORCHWOODx110x798

Résumé :
Torchwood récupère trois personnes en provenance directe de 1953.

Mon avis :
On va croire que je suis vendu. Que la BBC me paye. Mais non, je le dis vraiment : Torchwood enchaine sur un second épisode. Et comme par hasard, c'est en se focalisant sur du drama humain et pas une fée psychopate, une femme cybernétique ou Suzie. Et pourtant, Owen a une présence importante dans cet épisode. C'est dire le tour de force de la scénariste.

Enfin, elle reste tout de même qu'une humaine et n'arrive pas à rendre intéressant Owen qui connait avec Diane l'aviatrice sa quatrième culbute vu dans la série (après le couple dans le pilote et Gwen). Owen se résume donc à son pénis, un pénis hyperactif. Un petit truc qui s'excite pour un rien et est toujours an activité et qui, au final, fout plus la merde qu'autre chose. (Si quelqu'un fait le rapprochement avec notre président, c'est qu'il ou elle a l'esprit tordu.). Si encore Owen était supporté par un bon acteur mais la scène finale quand Diane repart établit bien que ce n'est pas le cas. L'émotion doit passer, elle ne passe pas.
Malgré tout, c'était assez sympa par moments de le suivre, comme dans la scène du resto ou quand il est tout content de la qualifier de nouvelle copine de baise. La galenterie n'est pas morte mesdemoiselles. C'est juste que Owen n'a pas pris ce cours là en option à l'école de la vie. D'autres scènes sont ratées : la scène de danse sur le parking est bien trop longue (vive l'avance rapide) et la scène finale rate son impact émotionnel. Mais dans l'ensemble, je n'ai pas trop eu envie de tuer Owen cette semaine donc c'est plutôt une intrigue réussie.

De son coté, Gwen s'est trouvée une petite soeur, limite une nouvelle Barbie à habiller et éduquer. Là, ce n'est pas un problème de jeu, celle interpétant la jeune est parfaite dans le rôle, mais plus un problème de temps pour développer tout cela. On a bien deux ou trois indices sur le clash entre une jeune femme d'aujourd'hui et une jeunne femme bien éduquée il y a 50 ans ("quoi ? Vous vivez ensemble sans être mariés ?") mais cela aurait mérité plus, ses réactions intervenant plus par réaction au passage des autres que par elle-même (comme lorsqu'elle vient de boire un petit peu et que le vieux se pointe). Dommage parce que cela avait un coté assez sympa toutes les scènes chez Gwen (avec la nudité de Rhys, un bon anglais bien de là avec le corps du bon anglais bien de là-bas ... Ca change des playboys américains des séries de la CW comme Smallville, One Tree Hill ou Supernatural). Et puis, Torchwood est tellement à sec qu'ils ne peuvent pas lui payer le train ou l'avion pour aller à Londres ?

Le meilleur vient du vieux. Magistralement interprété en plus. C'est un vieux et comme tous les vieux, on ne change pas comme ça. Le monde est totalement différent pour lui qui n'arrive pas à imaginer comment une présentatrice de programmes pour enfants puisse poser en lingerie en couverture d'un magazine (encore heureux qu'il ne soit pas tombé sur The Sun et ses fameuses page 3 girls à poil.). D'un autre coté, je n'arrive pas non plus à m'imaginer Dorothée en lingerie en couverture d'un magazine. Il est donc en total décalage et ne peut s'adapter à cete nouvelle société et ce nouveau style de vie bien plus libéral que dans ses pires cauchemars. Et en plus, son fils qui était tout est devenu un légume victime d'Alzheimer. Il décide donc de se suicider, de mettre fin à ses jours et peu importe ce que dira Jack. Et là, on tient deux des plus fortes scènes de Torchwood. Il est impossible de ne pas sentir sa gorge se nouer ou verser une petite larme quand le vieux John Ellis s'effondre devant son fils légumisé. Mark Lewis Jones nous offre là une performance magistrale. Et puis, il y a la scène dans le garage quand il explique ce qu'il fera à Jack et que Jack s'ouvre un peu à lui. Il ne peut pas faire autrement que de le laisser partir "proprement", en l'accompagnant jusqu'au bout et au delà. Et là, John Barrowman livre une solidecomposition puisqu'il fait parfaitement passer le message qu'il aimerait tant en faire autant. Lui aussi est un être perdu dans le temps, loin de chez lui, loin de ses habitudes et qu'il voudrait que tout cela se termine. Bravo aux deux.

A coté de cela, il faut rajouter la scène du magasin purement excellente avec l'extase des 3 devant le modernisme de la porte automatique, des bananes et du DVD. Ou encore que fumer tue. "Ca veut dire quoi ça ?". Excellent. Dommage qu'il n'y ait pas eu cette extase devant tout ce que contient Torchwood, et notamment les 12 tonnes d'écran HD et d'ordinateurs.  Et c'est sur des détails comme cela qu'on voit que cet épisode est un cran en dessous du précédent. Certes, on se moque du pourquoi du comment encore une fois. Ils arrivent par une faille, on ne peut pas les renvoyer, c'est comme ça point barre. De même que Diane repart on ne sait où. Mais ne pas avoir de réponses à cela ne pose aucun problème. Par contre, d'autre détails me gènent plus comme le fait que Torchwood accepte sans broncher qu'on ne peut rien faire. Ils ne cherchent pas le moins du monde l'éventualité qu'il pourrait exister un moyen de les renvoyer chez eux. De même que Owen couche avec une autre mais Gwen s'en fout royalement alors que l'épisode desp ensées de Toshiko laisser croire qu'il y avait une forme de sentiments réciproques de la part d'Owen et Gwen. On peut aussi citer l'incompétance hallucinante de Ianto qui laisse gambader tranquillos John Ellis en ville après la visite au supermarché.
Ce ne sont que des détails mais ils me gênent pas mal tout de même là où ces petits trucs ne me gênaient pas dans l'épisode précédent.

Bref, en dépit de quelques défauts, l'épisode est très bon, presque excellent grâce à des scènes puissantes avec le personnage de John Ellis. Torchwood semble enfin trouver sa voie et des scénaristes compétents pour ce show. Ca fait plaisir.

Posté par Speedu à 16:48 - Torchwood - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,