Analyses en séries

Blog de reviews sur les diverses séries que je suis. Alliant humour et analyses, chaque épisode est décortiqué à l'aide de mon oeil implacable.

mardi 19 août 2008

Urgences - Episode 14.12

Ce qu'on ne voit pas / Believe the unseen
Saison 14, Episode 12 sur 19
Diffusion us : NBC - 10 janvier 2008
Diffusion belge : RTL TVI - 5 août 2008
Diffusion française : France 2 - 15 août 2008
1412_008 1412_098 1412_388

Résumé :
Abby fait un passage éclair aux Urgences alors que la journée s'annonce comme les autres.

Mon avis :
On va éjecter le boulet. Neela arrive e northo pour jouer au hockey. On y croit aux docteurs jouant au hockey dans leur service au risque d'éborgner quelqu'un ce qui arrive avec Harrold. Les intrigues de Neela, c'est toujours aussi intéressant que de contempler une huitre morte pendant tout un après midi. Et il n'y a même plus Jazprite ou whatever comment ça s'écrit pour relever le niveau. Elle a couché avec Morris, elle a couché avec Harrold et s'en va maintenant que son papounet a retrouvé sa trace. Si on avait pu nous épargner la scène censée être drôle de Neela qui communique à Morris et Harrold le petit message de Jazprite. Mais non. Calamiteuse Parminder Nagra en pleine inaction.

De son coté, l'aumonière m'énerve maintenant. Bon, Reiko Aylesworth est super mignonne mais ils auraient dû lui filer un rôle de docteur, parce que là c'est saoulant de vopir à chaque épisode Tony pas Almeida trouver une excuse bidon pour justifier  sa présence dans l'épisode pour qu'il puisse la draguer minablement. Et puis ces leçons de morale à deux balles genre il faut s'aimer pour coucher ... Et tout ça pour laisser crever la mamie dans l'indifférence générale.
Il faut dire que Tony Gates est occupé à agraffer la tête déformée d'un mec qui a sauvé sa voisine battue mais trop saoule et droguée pour s'en rendre compte (qu'elle est battue, qu'elle a le bras pété et que le voisin l'a sauvé). C'était sympa sauf que je regrette que l'épisode n'ait pas été au bout de son idée. En gros, il sous entend pendant 35 minutes que le "monstre" l'a battu et puis ... non. C'est juste un bon samaritain. Ce qui est très bien aussi mais il aurait été préférable de creuser sa condition et le fait qu'il ne supporte pas le regard des autres plutôt que de sous entendre qu'il l'aurait battu. Enfin tant pis. Ca reste tout de même consistant de bout en bout sans être magistral.

Il reste Abby qui plutôt que de regarder le énième marathon Oprah avec Skye Wexler, la soi disante chef du service, elle passe pour bosser une petite journée entre sa cure de désintox et son départ en Croatie pour retrouver Joe et Luka. J'ai assez de mal à comprendre ça mais bon, c'est très très sympa de revoir une Abby à peu près normale. Elle traite une jeune fille qui a un problème occulaire découvert alors qu'elle se faisait soigner avec son frère à cause du feu déclenché dans l'immeuble. Son autre soeur doit être en fait la soeur du raciste de l'épisode précédent parce que dans le genre co-conne avec ses présomptions foireuses, elle se pose là. A claquer. Dommage que Tony ne passait pas par là pour la plaquer et la rouer de coups comme il fait avec un patient sur deux (et comme il n'a pas tapé le "monstre" ... ). L'intrigue aurait pu être sympa tranquille si l'épisode avait évité les lourds clichés. Evidamment, elle est orpheline puisque noire (on ne voit jamais d'orphelins blancs). Evidamment, la mère célibataire en a une douzaine (5 en fait) pour toucher les chèques et s'en fout de ses gosses adoptés en clair. Et puisqu'elle est noire, jeune et orpheline, elle chante super bien. Et en plus une chanson qui colle à la situation d'Abby, à savoir Beautiful de Christina Aguilera. (I am beautiful, no matter what they say, 'cause words can't bring me down I am beautiful in every single way, yes words can't bring me down, so don't bring me down today / Je suis magnifique, peu importe ce qu'ils disent, les mots ne peuvent pas m'abattre, je suis magnifique peu importe comment je suis, oui les mots ne peuvent pas m'abattre alors ne m'abattez pas aujourd'hui. ...). On enchaine avec le cliché de la mère qui devient super gentille maintenant qu'elle sait qu'elle peut être soigné gratuitement. Hum ... Du pur Disney ou presque.
Et pour conclure le tout, on ressort la chanson en fin d'épisode sur le plan d'Abby errant dans Chicgo à destination du métro aérien. Mais par la gamine. Christina devait probablement demander trop cher pour l'utilisation de son interprétation de cette chanson.
Dommage d'avoir pas été un poil plus subtil. Surtout qu'entre elle et le "monstre", il y avait moyen de faire bien mieux sur la question de la différence et du regard des autres sur cette différence.
Et l'intrigue alcool d'Abby aurait pu s'y greffer quand elle explique à tous où elle était et pourquoi. Et là, Tony aurait pu frapper Sam qui a soudainement oublié qu'elle est plus ou moins ambulancière maintenant et qui en plus se permet de regarder de haut Abby. Ben voyons ... Jalouse que l'ancienne infirmière ait réussi là où tu glandes ? D'habitude j'aime Sam mais là, j'avais encore plus envie que Tony la  tape que le raciste et la soeur réunis.
Dans le genre réactions à l'ouest d'un personnage, Pratt est pas mal non plus avec tout son speech sur "on est amis, tu aurais du m'en parler". Rappelons qu'il était bien conscient qu'elle était ivre morte à la fête il y a quelques épisodes (il lui a même conseiller de prendre un taxi plutôt que sa voiture) et qu'il n'a rien fait à ce moment-là. Etre ami, c'est être là quand les amis ont besoin de soi, que cela soit eux qui viennent ou qu'on aille vers eux. Mais entre son impuissance sexuelle et sa non promotion, on peut comprendre qu'il n'en ait rien à faire des états d'âme d'Abby ou de qui que ce soit.

Bref, encore un épisode moyen, limite indifférent d'urgences qui avait un certain potentiel sur la question de la différence et du regard des autres mais qui passe à coté de son sujet en l'effleurant à peine. 

Posté par Speedu à 19:08 - Urgences - Saison 14 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,