Analyses en séries

Blog de reviews sur les diverses séries que je suis. Alliant humour et analyses, chaque épisode est décortiqué à l'aide de mon oeil implacable.

mercredi 9 juillet 2008

La compagnie des glaces - Saison 1

La compagnie des glaces / Grand Star
Saison 1 de 26 épisodes.
Inspirée de la série de romans de G-J Arnaud "La compagnie des glaces", publiés aux éditions Fleuve Noir.
Diffusion canadienne : Space - du 22 septembre 2007 au 15 mars 2008
Diffusion française : France 2 - de Noel 2007 au 14 juin 2008
18869541 18869552 18869551

Résumé :
En 2350, les humains sont contraints de vivre dans de grandes stations depuis le cataclysme ayant entrainé la destruction du soleil. La Terre est entrée dans une période glaciaire et les survivants sont obligés de se plier au bon vouloir des gouverneurs de chaque station et de leur force armée, les Aiguilleurs. Cal Ragg est un jeune homme qui s'interroge sur la véracité de la version des évènements relatés par le gouverneur Palidor depuis qu'il est persuadé d'avoir vu le soleil. Il se lance à la recherche de la vérité et du soleil en compagnie de son meilleur ami Kurt et son amour Suki ...

Mon avis :
18869553Une coproduction française inspirée d'une série fleuve de plus de 90 romans au total (en comptant les séries spin off) écrits par un français, G-J Arnaud, il y a de quoi em faire franchement peur. Oui, vous le savez peut-être maintenant, j'ai une certaine aversion pour les productions françaises à quelques exceptions comme Police District ou Engrenages par exemple. Et bien, la compagnie des glaces va rejoindre le clan des exceptions.

C'est en effet une série plutôt réussie et agréable à suivre malgré le traitement aléatoire affligée à la série par France 2 dans KD2A (3 changements d'horaire quand même).
Le plus gros point fort de la série est la caractérisation poussée des personnages. On s'attache immédiatement à l'ensemble de la galerie assez vaste de personnages et on les suit tous avec plaisir. Il n'y a pas le moindre boulet et ça, c'est un vrai plaisir. Le héros, Cal Ragg, sans être extraordinaire, ni le plus passionant du lot, s'en sort assez bien. On est parfois à la limite du boulet (quand il déprime) mais on ne sombre jamais dans l'irratrapable et on peut remercier pour cela Suki, un personnage captivant, ancienne acrobate/danseuse, véritable esprit libre et profondément humaniste. Kurt fait office du bon copain, amenant régulièrement les touches d'humour mais ne se contentant pas de cela puisque c'est à travers lui qu'on découvre la vérité derrière les aiguilleurs ainsi que la vie pour les habitants des bas fonds de la station Grand Star.
18869545Mais le tour de force de la série du coté des personnages et de ne laisser personne sur le bas coté de la route du développement. Que cela soit les hommes du froid, les habitants des bas fonds, les rénovateurs, Liam Ragg, Palidor ou Damien, tous ont leur moment plus ou moins important sous les projecteurs et se voit tous suffisament développés pour être crédible et attachant.
Le développement et l'évolution la plus intéressante reste celle de Palidor, homme froid et distant qui va gagner en humanité au contact répété avec Suki avant de rejeter à sa façon la société actuelle avec son envie de devenir un hybride homme du froid. Au contraire, Kurt de son coté disparait progressivement et c'est dommage parce qu'il était intéressant au début mais ne finit qu'en simple sidekick de Cal et n'apparait que quand Cal a besoin de lui pour ses muscles. Il est d'ailleurs quasiment absent du dernier épisode malheureusement. Liam manque aussi d'un poil de profondeur sur la fin puisqu'il est absent quasiment un quart de la saison, enfermé dans le donjon de Palidor, ne réapparaissant que pour le final de la série. Dommage parce qu'il était très intéressant comme personnage, se débattant entre Palidor, les rénovateurs et les hommes du froid. Là aussi, on a un personnage comme Suki, profondément humaniste mais à qui il manque l'innocence de la jeunesse pour faire mouche. Un personnage capital dans la série.
18869542Damien connait lui aussi une évolution remarquable. Le chef des aiguilleurs est mesquin avant de devenir presque un ami au contact encore une fois de Suki mais devant son rejet combiné aux grands discours de la caste des riches pour virer Palidor, il devient mégalomane et prend le pouvoir. Damien est très intéressant parce que son évolution est parfaitement logique et il est finalement plus pathétique qu'autre chose, manipulé à longueur de temps et un rien le ferait passer du coté de Cal. On le sent. Cela le rend profond et captivant.
On le voit, la galerie des personnages est large et creusée. Tous les personnages principaux ont de la profondeur et sont tous unis par un même point commun: on survit comme on peut en s'accrochant à nos croyances.

Du coté de la technique, là par contre, on n'est pas au top. Les limitations budgétaires se font cruellement sentir avec un nombre réduit de décors (La chambre de Palidor, le quai de la gare, l'intérieur du train, le club de danse et deux couloirs pour les habitants des bas fonds). Les décors extérieurs des habitants du froids font très très pauvres, et les effets 3D font trop datés. Quand aux costumes, chacun a le sien et basta. Là encore, c'est dommage et cela peut donner un coté kitch à la série au premier regard alors que je crois plutôt qu'il y a une volonté de rendre l'impression que chacun s'habille comme il peut avec ce qui restait après le grand cataclysme.
Mais malgré cela, on reste accrochés à la série pour ses personnages mais aussi les histoires fil rouge.

18869539Bon, je ne vais pas m'attarder sur la relation Cal/Suki au développement linéaire et maintes fois vu et revu. Aucune grande surprise de ce coté là. On ne nous épargne même pas le triangle amoureux avec l'ennemi, à savoir Damien.
Il est bien plus intéressant de s'attarder sur la quête du soleil. Deux versions s'affrontent : l'officiel des gouverneurs des stations : le soleil est entré en supernova et a explosé et il n'existe donc plus. L'autre version est celle des hommes du froid et des rénovateurs : La lune a servi a entreposé les déchets nucléaires et un accident a fait explosé la lune et la poussière en résultant a rempli les hautes couches de l'atmosphère rendant impénétrables tout rayon du soleil. Il est assez rapidement mis en évidence que la version officielle n'est pas vraie, notamment lorsqu'on voit les aiguilleurs partir à la recherche de tout individu croyant au soleil et lorsqu'ils détruisent toute rélique du passé évoquant le soleil. Mais pour autant, on ne sait pas vraiment si les rénovateurs et les hommes du froid ont raison. Il y a bien le rayon de soleil du pilote mais était il réel ou non ? On les voit suivre une coryance, leur foi en un monde meilleur, sans réelle certitude de l'existance de cela. Cette intrigue est vraiment le moteur de la série. Cette opposition entre ces deux idées et Cal au milieu qui cherche comme nous, à dénouer le vrai du faux.
Les deux autres intrigues marquantes de la série sont la condition des hommes du froid, intrigue à laquelle on peut rattacher l'envie de Palidor de devenir un hybride, et la passage de Kurt comme aiguilleur, intrigue démontrant l'embrigadement facile des jeunes dans un idéal factice qui n'est pas le leur.

18869540Comme on vient de le voir, la série est extrêmement dense. Je ne connais malheureusement pas les livres mais il semble évident que les producteurs ont voulu condenser un maximum d'éléments marquants des livres, ce qui rend la série extrêmement dense, trop même laissant au bord de la route plusieurs questions pourtant essentielles : d'où viennent les pouvoirs de Cal ? Qui est au juste la jeune femme du froid dont Kurt tombe amoureux et dont Palidor a voulu se servir pour devenir hybride ? En clair, est elle la soeur de Cal ? Qui sont les rénovateurs au juste ? Ont ils réussi à faire revenir le soleil sur Terre ? Toutes ces questions pourraient trouver une éventuelle réponse dans une saison 2 de la compagnie des glaces mais celle-ci ne semble pas à l'ordre du jour pour le moment.
En plus, cette densité assez importante nous donne vraiment envie d'en savoir plus aussi bien sur le avant que le après. On comprend mieux que G-J Arnaud en soit à 90 livres sur cet univers. On veut savoir ce qu'il advient après ce 26ème épisode. On veut découvrir plus en profondeur la façon de vivre des hommes du froid mais aussi des gens dans d'autres stations. La série évoque plusieurs fois que Palidor est gentil par rapport à d'autres gouverneurs et on apperçoit même le responsable d'une autre station. On veut savoir comment l'humanité en est arrivée à ce point et comment elle va évoluer après lorsque le soleil sera revenu. Et on veut savoir ce qu'il adviendra de nos couples : Cal/Suki, Kurt/Margot, Liam/Tara mais aussi de Palidor et Damien. C'est vraiment le seul point faible de l'histoire de ces 26 épisodes : ce n'est qu'une toute petite fenêtre sur un monde captivant. J'aimerais tant qu'elle soit plus grande.

Et puis, ça sera un plaisir de retrouver les acteurs de la série tant ils sont bons dans leurs rôles respectifs. C'est un vrai plaisir de les voir incarner leurs personnages et leur donner vie. La version française est très réussie également avec même le luxe que Joe Sheridan (Palidor) se double lui-même.

Bref, en dépit de l'aspect visuel assez pauvre, kitch et aux effets 3D dépassés, il ne faut pas rater cette série d'une grande profondeur pour une série à destination des adolescents avec des vraies réflexions de fond (écologiques, comportementales), des parallèles plutôt bien trouvés avec l'histoire (la seconde guerre mondiale notamment) ainsi que des personnages très développés et très attachants. Une belle réussite pour cette coproduction franco-belgo-canadienne. A voir.

Posté par Speedu à 17:06 - Analyse bilan - Permalien [#]